Voulez-vous comprendre les méandres de la politique africaine ? Lisez « Mathématiques Congolaises » de In Koli Jean Bofane !

Maths_CongoLes voies de la politique africaine en général et de la politique congolaise en particulier sont tellement complexes et ténébreuses qu’il faudrait plus qu’une explication de texte basée sur un langage simple pour pouvoir les faire comprendre. Le romancier de talent In Koli Jean Bofane, a su trouver grâce son inspiration, l’instrument pour nous faire parcourir les chemins filandreux de la politique congolaise : les mathématiques ! Bon sang, se dit-on, pourquoi ne pas y avoir pensé avant ?

 Le héros de cette intrigue prodigieusement délicieuse pour celui qui s’intéresse aux arcanes des pouvoirs africains, Célio Matémona alias Célio Mathématik, ne jure que par les mathématiques pour pouvoir réussir dans la vie. Dans un Kinshasa dépeint en pleine transition politique, où les coups politiques tordus sont légion et où le cynisme politique fait loi, Célio Mathématik, pauvre orphelin de guerre issu des quartiers miséreux est certain de son fait : il parviendra dans les hautes sphères de son pays, et sera lui aussi un boss drapé dans les costumes quatre pièces signés des plus grands couturiers italiens. Et pour y arriver, un seul instrument : l’Abrégé de Mathématiques datant de 1967 et publié par un certain Kabeya Mutombo.

 Célio Matemona alias Celio Mathematik grâce à sa tchatche incomparable, et à sa vivacité d’esprit, finit par se faire remarquer et engager par une officine obscure de la présidence de la république expérimentée en manipulation politique. Grâce à ce travail, la vie de Célio change complètement. Hormis l’aisance matérielle, il obtient enfin la reconnaissance de son intelligence cartésienne. Il devient un grand expert en manipulation politique. Des idées pour manipuler l’opinion ? Il en fournit en foison tant qu’il reste détaché et que les manipulations ne le touchent pas personnellement. Peut-il vraiment quel que soit son intelligence intégrer les cercles politiques occultes et en ressortir indemne ?

 C’est ce que ce qui liront cette oeuvre pourront découvrir.

 Pour illustrer le propos, voici quelques passages qui évoquent la mise en place d’un plan visant à redorer l’image du président et à calmer la population qui commence à exprimer son mécontentement. L’imagination de Célio Mathématik se met rapidement en marche pour trouver une solution à son patron. Voici ce qu’il propose :

 – Page 109 : « il faudrait, dit-t-il, générer à partir d’une information anodine une espèce de lame de fond qui puisse entraîner la population vers une seule et même direction. Pour démultiplier une action, L’Abrégé de Mathématiques de Kabeya conseille ouvertement la fonction exponentielle. » « Il faudrait ajoute-t-il, une sorte de fonction qui démultiplierait une action simple, à l’infini et peut-être, produirait une réaction en chaîne. L’exemple le plus courant, je dirais, de la réaction en chaîne, c’est la production de l’énergie nucléaire patron.

 – Plus loin, page 111, quand son patron lui demande de préciser son propos, il poursuit en termes clairs : « Voilà. Tout le monde à Kinshasa sait que quelques partis, soi-disant de l’opposition, sont en réalité financés par le président lui-même. Qui sont-ils ? Personne jusqu’à présent n’a pu les identifier formellement. Une certaine rumeur dit aussi que leurs patrons se rendent à des rendez-vous aussi secrets que nocturnes pour recevoir leurs dollars et leurs instructions de la présidence. Mais voilà, malgré quelques vagues soupçons, personne n’a jamais pu prouver quoi que ce soit à ce sujet. Nous pourrions, par exemple, divulguer des noms. Le peuple de Kinshasa est sensible aux histoires croustillantes. À nous de lui fournir la matière première.

 Le résultat de cette machination politique se retrouve aux pages 141 à 143. Des messages sous forme de questions calomnieuses passèrent à la télévision nationale juste avant le journal de 20h pour instiller dans la tête des Congolais que, le président voulait en finir avec les opposants corrompus en les dénonçant de lui-même. On pouvait donc lire ces phrases :

 – « Monsieur Faustin Bolowa, où étiez vous le 16 décembre dernier à 23 heures ? »

– « Monsieur Okito Omba, où étiez-vous le 12 avril dernier à 1 heure ?

– « Monsieur Mwamba Shambuyi, où étiez-vous le 18 mai dernier à 0h 30 ? »

– etc.

 Voilà une petite mise en bouche pour ceux qui iront acheter ce livre succulent.

Mathématiques congolaisesde In Koli Jean Bofane, publié en 2008 chez Actes Sud.

Publicités

A propos KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s