Poésie: Les gènes de la fuite

J’ai été conçu dans la douleur de la fuite,

Mystérieuse mère qui ne laisse aucun répit,

Je suis né par la volonté de l’exil,

Exigeant père dont l’esprit est sans compassion,

J’ai grandi en prenant toujours la route,

Inébranlable tutrice qui toujours a forgé mes pas.

Ma vie, telle une pirogue à la dérive,

N’a guère d’anse pour s’accrocher à une quelconque rive,

Elle court, emportée par l’élan du hasard qui surgit,

Elle vogue, poussée par les remous du fleuve qui bout,

Elle vole, emportée par le vent de l’inattendu qui se lève,

Et enfin s’arrête, retenue par la main de l’incertitude.

SOIRESSE NJALL Kalvin

Dans le train de Bruxelles à Tournai le 24 septembre 2010

Publicités

A propos KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Poésie: Les gènes de la fuite

  1. Liévin dit :

    J’aime beaucoup

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s