LA TANZANIE:UN MODELE DE VRAI PANAFRICANISME

J’ose le dire: parmi tous les pays des grands lacs, la Tanzanie est un paradis pour un Africain du point de vue des idéaux panafricanistes. Le bien-être n’y est certes pas total mais depuis des décennies, ce pays cultive la considération vis-à-vis des autres peuples africains. Il les considère de véritables peuples frères. Cela se manifeste dans la qualité de l’accueil qu’offre la Tanzanie aux réfugiés chassés par les guerres dans les pays voisins.

La Tanzanie ne prône pas le panafricanisme théorique, hypocrite et égoïste comme le font la Libye et le Gabon. Ces deux derniers pays sont connus pour être deux des plus xénophobes vis-à-vis des Africains venant chercher refuge ou de meilleures conditions de vie. La Tanzanie est parfaitement le contre exemple de la Libye qui chasse les immigrés Noirs dans le désert et du Gabon dont la politique migratoire ressemble étrangement à celle de l’Europe. Non, la Tanzanie est panafricaine dans les mots et dans les actes. Ce panafricanisme a été instillé dans les gênes de cette République parfaitement démocratique par l’un des plus grands panafricanistes visionnaires que l’Afrique ait eu: JULIUS NYERERE, premier président tanzanien.

Ce panafricanisme s’est manifesté tout récemment lorsque la Tanzanie a naturalisé d’un coup 162 000 réfugiés burundais issus des violences ethniques de 1972. Le HCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés) même l’a admis, on n’avait jamais vu ça dans le monde! Et ça ne s’arrête pas là. En lisant le numéro 1020 du « Courrier International » (numéro du 20 au 26 mai, p.24), je me suis rendu compte des conditions d’accueil humaines dans lesquelles la Tanzanie accueille les réfugiés. J’y ai aussi appris que la Tanzanie est une vieille terre d’accueil; le pays qui accueille le plus de réfugiés en Afrique. Depuis les années 1970 donc, les réfugiés débarquent et les politiques oeuvrent pour une bonne symbiose avec les populations locales.

Tout n’est pas aussi rose et facile. Des hommes politiques  surfent sur les problèmes migratoires pour avoir plus de voix et s’y opposent. Mais cette position ne prend pas dans l’opinion publique. Et puis les hommes au pouvoir et plus spécialement le président JAKAYA KIKOUETE et le ministre de l’intérieur Lawrence MASHA sont des hommes réfléchis et de bonne volonté. Le Haut Commissaire aux réfugiés ne s’y est d’ailleurs pas trompé en les félicitant et en enjoignant les autres pays à suivre les pas de la Tanzanie.

Connaissant le nombrilisme de certains pays africains et leur propension à se considérer comme les « meilleurs des pauvres », ce n’est pas encore gagné.

Publicités

A propos KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cet article a été publié dans Commentaire d'actualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s