Monsieur Césaire

20_regard'afrique Monsieur Césaire,

A l’heure où vous preniez la route de l’ horizon infini,

Et que vos yeux étaient plongés dans la peine du néant,

Certaines langues acerbes et impies,

Parlaient de la fin d’une époque qui allait en finissant.

 

Mais je déclare le début d’une belle époque,

Le début d’une riche épopée de longue haleine ,

Qui s’enfouira pour longtemps dans nos rouges veines,

Et qui fera de nos consciences nègres un infranchissable bloc.

 

Et même si la bibliothèque de la négritude a brûlé,

Pénètrent dans nos narines les émanations de sa douce fumée,

Qui feront de nous de fiers nègres,

Qui lutteront contre la pensée aigre.

SOIRESSE NJALL KALVIN

Publicités

A propos KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s