Fantasme phocéen

Femme Marseille ,

Serait-ce demain la veille,

Que je pourrai t’étreindre,

Et enfin cesser de geindre.

 

 

Depuis les pleurs de Boli,

Mon amour pour toi est resté une folie,

Passion immodérée pour toi, femme métissée,

Qui s’étend au bord de la méditerranée.

 

 

L’envie de te connaître hante mes nuits,

Ce désir inassouvi depuis trop longtemps,

Comme un liquide coule lentement,

Et mouille ma chair dans mon lit.

 

 

J’imagine la phosphorescence de tes couleurs,

Le mistral dans toute sa douceur,

Le vélodrome et sa clameur immortelle,

Car chaque nuit Marseille , je ne rêve que de toi ma belle.

SOIRESSE NJALL KALVIN, le 2 août 2009

Publicités

A propos KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s