Photos de Tamberma exposés nus à Pairi Daiza : les associations africaines montent au créneau

Il est des pratiques qui ont la vie dure. Le fantasme raciste de l’Africain primitif et sauvage fait partie de ces choses ancrées dans les sociétés européennes. Depuis le 30 juin, des photos de Tamberma du Togo exposés nus dans un parc animalier a secoué la communauté africaine subsaharienne de Belgique. Un parc animalier fréquenté par des enfants de surcroît ! Les associations de la communauté ont tenu à réagir dans le communiqué que je publie in extenso ci-dessous :

COMMUNIQUE DE PRESSE

TAMBERMA EXPOSÉS NUS A PAIRI DAIZA : LES ASSOCIATIONS SUBSAHARIENNES DÉNONCENT LA PERSISTANCE DE L’IMAGE DE  « L’AFRICAIN SAUVAGE ET PRIMITIF » 

Réunies ce mercredi 12 septembre 2012, plusieurs personnalités et associations africaines subsahariennes de la communauté ont pris connaissance et analysé les faits liés au scandale de l’exposition de photos des Tamberma nus au parc animalier Pairi Daiza.

Depuis le 30 juin dernier, des photos représentant les Tamberma, un peuple africain du Togo, dans une nudité totale et sans le moindre bandeau noir, ont été exposées au parc animalier Pairi Daiza, fréquenté par des enfants, jusqu’à ce que la communauté africaine subsaharienne s’en offusque.

Les associations africaines subsahariennes– et pas seulement congolaises – tiennent tout d’abord à dénoncer la commercialisation éhontée de photos de rites initiatiques sacrés africains. Une attitude qui atteste de la persistance de la méconnaissance profonde des cultures africaines en Europe ainsi que le mépris qui leur est réservé.

Les associations subsahariennes dénoncent fermement la sombre tradition et la banalisation du voyeurisme raciste lié à l’image de «  l’Africain sauvage et primitif » en Europe. Un voyeurisme qui revient inlassablement en Belgique depuis les zoos humains des expositions internationales de 1897 et de 1958, jusqu’au parc animalier d’Yvoir en 2002 où des Pygmées Baka ont été exposés dans leur « habitat naturel », en passant par des affiches du festival Couleur Café 2002 qu’elles avaient dénoncées en leur temps.

Il est temps que ce type d’images cessent d’être diffusées en Belgique !

Les associations subsahariennes s’insurgent contre la stigmatisation par certains médias de l’indignation de la communauté, les tentatives d’étouffement de cette indignation légitime et le déchaînement de commentaires racistes sur certains sites internet de médias qui n’ont même pas pris la peine de les modérer.

Les associations subsahariennes interpellent les autorités publiques belges sur ces faits récurrents. Elles leur demandent de condamner publiquement ce type d’expositions et de promouvoir le respect vis-à-vis des concitoyens d’origine africaine subsaharienne.

Les associations subsahariennes demandent enfin à l’ambassade du Togo en Belgique et à l’État togolais de diligenter une enquête pour faire toute la lumière sur l’exposition de ces photos, dans un contexte qui en pervertit le message, déshonore les cultures africaines, l’Homme africain en général, et d’en publier officiellement les résultats. 

Fait à Bruxelles, le 12 septembre 2012

Le Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les discriminations (plus de 130 associations)

Le Groupement des Femmes Africaines Intégrées et Actives (GFAIA asbl)

Bana Mboka Asbl

Etoile d’Afrique Asbl

Moja Asbl

Raad Van Afrikaanse Gemeenschappen in Europa Afedeling - Vlaanderen  RVDAGE/VL vzw

Conseil d’Ethique et des Thématiques Africaine-  CETHA

Association des Médias Africains- AMAF

Enar – Relais Belgique

Union des Femmes Africaines

Contact : memoirecoloniale@gmail.com

0485 945 980

About these ads

À propos de KALVIN SOIRESSE NJALL

Journaliste, Écrivain, Coordinateur du Collectif "Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations" rassemblant 130 associations africaines subsahariennes de Belgique. Passionné de littérature et de contradiction.
Cette entrée a été publiée dans Commentaire d'actualité. Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à Photos de Tamberma exposés nus à Pairi Daiza : les associations africaines montent au créneau

  1. Nicolas Koussa dit :

    Les réactions ne seraient-elles pas excessives ?
    Masquer ces photos pour préserver l’innocence des jeunes enfants est un argument qui me semble valable.
    Mais concernant, je cite, "déshonore les cultures africaines, l’Homme africain en général", je trouve ça légèrement exagéré.
    Premièrement, ces photos ont directement été envoyées par la tribu concernée, une recherche plus approfondie vous aurait facilement donné la réponse concernant l’origine de ces photos.
    Deuxièmement, voir des photos d’hommes et de femmes dénudées n’est pas l’apanage des Africains et des Africaines. Allez dans un musée du génocide de la seconde guerre, vous aurez l’occasion de voir des photos de Juifs, de Juives et de Tziganes entièrement nus. Rendez vous dans un musée de la culture asiatique ou des îles du Pacifique, vous verrait des hommes vêtus d’un simple cache-sexe (qui ne cache pas vraiment grand chose). Ou encore, chez les Amérindiens d’Amazonie.
    Enfin, à ce que je sache, ces hommes et ces femmes vivent encore aujourd’hui avec cet "habillement", donc si j’ai bien compris, ce serait déshonorer la culture africaine que de montrer toutes les composantes qui font qu’elle soit si riche ? Devrions-nous cacher certains de ses aspects sous pretexte qu’ils vous déshonorent ?
    S’il vous plait, je ne pense pas que le directeur de ce parc soit un nostalgique des zoos humains.
    C’est en se sentant agressé pour le moindre pretexte que le fossé entre les hommes s’agrandit. Tout doit être remis dans un contexte géographique et historique avant de crier au méchant.
    A mon sens, c’est vous qui déshonorait la culture africaine en voulant à tout prix la cacher.
    Ces hommes et ces femmes ont réussi à préserver un mode de vie proche et respectueux de la nature, pourquoi nous priver de leur exemple ?

  2. soiressecalvin dit :

    M. Koussa,

    Admettons que ce soit la tribu elle-même qui ait accepté de donner ces photos, pensez-vous qu’elles aient accepté que ce soit destiné à des fins de commercialisation ? Vous évoquez les Tziganes, savez-vous dans quelles circonstances ces photos ont été prises ? Vous parlez des cultures asiatiques et du Pacifique et là vous parlez bien de cache-sexe alors que dans le cas des photos de Tamberma, il n’y avait aucune protection.

    Je peux concevoir que vous vouliez défendre à tout prix le responsable du Parc, c’est compréhensible dans la mesure où vous ne subissez sans doute pas les préjugés que subissent les Noirs au quotidien, des préjugés gravés dans l’imaginaire collectif depuis des années et depuis les zoos humains où on exhibait des Hommes comme du bétail.

    Chat échaudé craint l’eau froide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s